On parle de nous

Centre aéré du P’tit CREF: « Le langage du jeu est accessible à tous ! »

LCDR: D'où est venue l'idée de créer ce centre aéré ?

Virginie Durand : Actuellement, de plus en plus de familles restent en ville pour les vacances. Et la question du loisir des enfants se pose naturellement : tout le monde n'a pas de datcha !

Nos premières tentatives d'organiser un centre d'été remontent à 2004. À l'époque, j'emmenais les enfants russes dans des colonies de vacances en France, où l'atmosphère était particulièrement joyeuse. Et lorsque je voyais les animateurs français déguisés en princesses et en chevaliers, je me disais qu'il n'y avait pas eu tout cela dans mon enfance. On peut dire qu'aujourd'hui, avec le centre aéré, nous réalisons nos propres rêves.

Kim Kegelev : Nous avons voulu créer un lieu où l'enfant pourrait s'amuser et acquérir de nouvelles connaissances en même temps.


LCDR : Quels buts vous êtes-vous fixés ?

V.D. : L'idée du P'tit CREF incarne le meilleur de la France, que nous avons voulu recréer ici, à Moscou, puisque nos enfants y grandissent. En été, nous voulons qu'ils se sentent un peu comme sur une île : construire un bateau en carton ou jouer aux pirates sur la plage. Tous les ans, on apporte du nouveau, et on s'amuse bien nous-mêmes !

К.К. : Le P'tit CREF, c'est aussi une atmosphère très familiale qui s'est créée au fil des années, et nous tenons à la transmettre à nos enfants : de nombreuses familles de nos élèves sont devenues amis pour la vie. Mais l'essentiel, c'est de réveiller la curiosité de l'individu dès son plus jeune âge.

LCDR : Comment le programme d'été est-il construit ?

V.D. : Il y a cinq sujets et cinq programmes thématiques, qui durent une semaine chacun. Chaque programme est porté par un enseignant, et en une langue seulement - le russe, le français ou l'anglais. Cela offre plus de flexibilité aux familles qui partent en vacances : on peut inscrire les enfants au centre pour toute la période estivale mais aussi pour une semaine, une journée, voire une demi-journée.

LCDR : Quelle est la différence entre le centre aéré et les cours ordinaires du P'tit CREF ?

V.D. : En été, il n'y a plus de cours d'écriture ni de lecture. Les enfants viennent avant tout pour s'amuser. Mais vacances ou pas, nous continuons toujours d'apprendre des choses nouvelles. Au moins deux fois par semaine, nous faisons des sorties de découverte.

К.К. : Les sorties permettent aussi aux enfants de mieux connaître la Russie, ce qui est particulièrement important pour les ressortissants étrangers. Les petits se font vite des amis et absorbent la culture russe. Et ceux qui sont déjà élèves du P'tit CREF apprennent à découvrir leur école autrement. Le tableau interactif, par exemple, ne sert plus à donner les devoirs mais à mieux illustrer le sujet de la semaine. Si nous parlons des Indiens, par exemple, nous y montrons des images de leurs costumes.

V.D. : Par ailleurs, il n'y a plus de répartition selon l'âge. Et lorsque les grands jouent avec les petits, c'est plus facile pour tout le monde. Les enfants d'une même famille, notamment, s'adaptent beaucoup mieux s'ils peuvent rester ensemble.


LCDR : Comment se déroule une journée au centre aéré ?

К.К. : La partie principale du programme se déroule de 9h à 17h. Ensuite, comme la journée des parents n'est pas encore finie, il est possible d'assister aux ateliers. Les plus populaires sont la peinture, le ballet, le karaté, le yoga et le foot. Nous avons préparé des vêtements de sport avec les symboles de l'école - des t-shirts, des kimonos et des tenues de danse pour les filles ! Les petits adorent les porter, car ils aiment bien faire partie d'une équipe.

LCDR : Quelles sont les difficultés de cette période estivale ?

V.D. : Les parents s'inquiètent en permanence, c'est normal. Mais en été, ils s'inquiètent encore plus, lorsque nous partons en excursion, par exemple. Dans ce cas, nous les invitons à participer, tout en rappelant l'importance, pour le développement personnel de l'enfant, du fait qu'il se détache de ses parents.

Il arrive, bien sûr, qu'un enfant ait des problèmes d'adaptation - mais nous essayons d'établir le contact, par la tendresse. Et en été, tout est plus facile : l'ambiance est plus détendue et les enfants s'adaptent mieux. Si nous allons à la plage, nous surveillons très attentivement les petits, évidemment !

К.К.: Il arrive que le mauvais temps nous empêche de sortir. Dans ce cas, nous créons notre propre plage !

LCDR : Et si un enfant ne parle aucune langue étrangère, sera-t-il à l'aise dans le centre aéré ?

V.D. : Au P'tit CREF, nous avons toujours une partie des élèves qui ne parlent aucune des trois langues enseignées, mais cela ne nous fait pas peur, car le pédagogue a toujours un assistant multilingue. En outre, avec des petits, il est plus facile de trouver un contact hors discours qu'avec les adultes : la communication non-verbale leur est bien plus accessible. Une fois, nous avons eu trois petites Japonaises au centre : au début, elles ne parlaient qu'entre elles, mais ensuite, elles se sont mises à jouer avec tout le monde. Le langage du jeu est accessible à tous !

LCDR : Que préparez-vous, cette année, pour les enfants et leurs parents ?

V.D. : Certains sujets de programme, comme les jeux de pirates ou la plage, se répètent tous les ans, puisque les enfants adorent ça. Nous avons prévu des jeux éducatifs ainsi que des activités sportives.

К.К. : Cet été, nous allons construire un bateau, une fusée, des châteaux forts, ce sera spectaculaire ! Les petits vont s'imaginer pirates et cosmonautes, chevaliers et chercheurs de trésors, ils suivront les itinéraires sur des cartes... Nous faisons toujours en sorte qu'ils repartent avec les meilleurs souvenirs de leur été.

Яндекс.Метрика